Cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour.

Un projet de Robin Jiro Margerin et Ana Vega
Avec les interventions de Jakub Czyszczoń, Eamon Ore-Giron, Zoé de Soumagnat, Maxime Baron et Antoine Jin Barberon
Exposition du 08/09 au 14/10

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l'exposition "cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour" à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition “cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour” à Arondit. Photo Salim Santa Lucia

Selon son concept, Arondit offre l’opportunité à des “artistes réunis en collectifs de présenter leurs travaux en partant d’une reflexion commune”. Un cadre rigoureux et – a priori – bien défini qui avec ce nouveau projet se trouve quelque peu chamboulé. En utilisant la voix comme matériau créatif et le son comme prétexte à créer des situations artistiques, le binôme (et couple) composé de Robin Jiro Margerin et Ana Vega cherche à montrer que les pratiques des artistes invités sont toutes foncièrement collectives ; la création individuelle n’étant finalement que le résultat d’échanges préalables. Avec Cette vie ensemble. Absolument aléatoire et autour., tout est affaire de contexte.

Un contexte d’enregistrement

Sur deux sessions de plusieurs mois chacune, au printemps 2016 puis à la même période en 2017, Robin et Ana invitent des dizaines d’artistes et connaissances à venir échanger avec eux, plusieurs heures durant, dans un espace d’enregistrement spécialement créé pour l’occasion dans leur atelier de Saint Ouen. Toujours libres et ouvertes, les discussions sont fréquemment influencées en trame de fond par des sujets d’actualité économique, politique ou sociale. Les attentats de Paris sont au centre des préoccupations du moment en 2016 ; l’élection de Donald Trump en 2017 fait elle aussi beaucoup parler.

Tel un studio d’enregistrement amateur, l’environnement pensé et conçu par les deux artistes se veut le plus propice à l’intimité, afin de libérer la parole au grè des discussions. L’atmosphère est favorable à l’interaction, aussi bien en termes de qualité acoustique que de confort, permettant ainsi une posture et une attitude adaptées à l’échange. Les invitations sont faites de bon matin. Un rituel s’installe. Café et croissants sont indispensables.

Un contexte d’écoute

Les deux artistes sont accueillis en résidence chez Arondit durant tout le mois d’août 2017 afin de prendre le temps d’envisager la plus intéressante présentation de ces enregistrements pour le public. Sur son bureau, Ana dérushe les dizaines d’heures sonores accumulées ; pendant ce temps Robin s’acharne à incruster des enceintes dans un réfrigérateur. Ils sont rejoints au jour le jour par tous les artistes qui interviendront sur ce projet, il faut le dire, assez faramineux. La scénographie vient ainsi entièrement s’intégrer dans l’espace atypique d’Arondit, appréhendée en dialogue avec la topographie du lieu. La déambulation du corps est aussi prise en considération afin de conditionner au maximum l’écoute, chaque espace ayant une “couleur sonore” bien particulière.

Dans la salle d’entrée, comme un sas de transfert de l’extérieur vers l’intérieur, sont diffusés différents ragots et médisances, captés aux détours de conversations. Transformée dans son architecture, la salle du fond devient une caricature de l’espace neutre, froid et étriqué du “white cube”. Un artiste de Los Angeles y décrit l’une de ses peintures via sa perception de l’art en général. En descendant l’escalier, des conversations hésitantes sont savamment disséminées par un ventilateur. En bas, la salle de droite est propice au calme, à l’introspection. Les dialogues diffusés sont plus de l’ordre de la confidence, de l’anecdote. Le sol est habillé pour adoucir le son et lui donner un côté charnel ; les transats muraux appellent à se détendre. La dernière salle, aménagée en cafétéria standardisée, propose au visiteur un moment de pause convivial, axé sur le partage d’une boisson chaude. On peut y entendre des discussions de fond, de partage d’opinions, de défense de points de vue. L’attention est néanmoins perturbée par un écran diffusant une chaîne d’information en continu.

Entreprise mouvante, cette invitation faite chez Arondit n’est finalement qu’une étape dans ce qui semble être le projet de toute une vie, en tout cas qui permet de donner du sens, presque existentiel, à deux artistes qui ont débuté cette réflexion il y a plusieurs années et qui durera encore, soyons en sûr. Ni exposition, ni restitution, ni documentation, ou alors tout cela à la fois…plus on cherche à définir ce projet, à le rendre accessible, plus les contours en deviennent finalement plus flous. Peut être touchons nous là ce à quoi l’art est destiné : à créer un contexte nous permettant de vivre ensemble.

Romain Semeteys