FEUX

Un projet du collectif PAINTAGONE

 

avec les artistes ☄ ANTOINE CARBONNE ☄ SEPAND DANESH ☄ CHARLES HASCOËT ☄ JOHAN LARNOUHET ☄ LISE STOUFFLET ☄ LUCY WATTS
Exposition du 01/02 au 16/03

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l’exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia

Arondit, vue de l'exposition FEUX, février 2019. Photo Salim Santa Lucia
Ce sont dans les ateliers de peinture aux Beaux-Arts de Paris qu’est né le collectif Le Paintagone. À leur sortie de l’école, les artistes Antoine Carbonne, Sépànd Danesh, Charles Hascoet, Johan Larnouhet, Lise Stoufflet et Lucy Watts se sont retrouvés un peu ivrés à eux-mêmes, à devoir inventer leur métier qui n’existe que par la substance nécessaire lui est apporté.
En 2013, ils se sont retrouvés et liés dans un atelier à Vincennes. Cet atelier était situé dans un ancien bâtiment industriel appelé «la Jarry». Composé de béton gris et squatté depuis des années, cet espace à l’intérieur coloré leur fut d’un grand secours. Les artistes disent «Il y faisait un froid polaire l’hiver et l’été on n’y respirait difficilement, mais la joie que nous avions à y travailler l’emportait largement».
Leurs affinités les uns avec les autres, tant humaines que plastiques qui leur ont permis de se retrouver au sein de ce lieu. Le Paintagone partait d’un jeu de mot, mais, répondait également à ce qui était déjà présents sous leurs yeux et entre eux. Dans cet atelier, ils se sont construis, ont évolués, mais, ce sont également remis en question afin de développer leurs pratiques artistiques picturales. L’endroit existait pour eux et les artistes existaient à travers lui. Il leur a servi de base arrière pour entamer leurs vies d’artistes. Bien malgré lui l’espace leur a apporté des interrogations qui les accompagneront pour longtemps, l’esprit collectif et de cohésion s’est révélé grâce à lui.
Tristement, en février 2015 l’atelier a pris feu ! Une grande partie de leurs travaux a disparu et leur lieu de travail avec. C’est ainsi que leurs routes qui semblaient liées pour bon nombres d’années ont dû se séparer. Si l’atelier a physiquement disparu, il n’en demeure pas moins qu’il continue d’exister. Les artistes l’ont emmenés dans leurs vies et leurs oeuvres. Cette leçon de vie leur a montré comment tout peut disparaître, précaire et éphémère la vie est donc apparue.
L’antiquité et l’art classique, semblant éternelles quand il est enseigné aux Beaux-Arts, semblait tout à coup, ne plus exister. L’accumulation des oeuvres n’avait plus d’importance, cependant, la possibilité de créer était encore bien présent. Le lieu en tant qu’enveloppe bétonnée ne comptait plus, mais, les affinités et les vécus entre les artistes ont donné vie à un lien qui n’aurait plus besoin d’un espace comme support.
Le Paintagone a reçu son nom comme une plaisanterie quelques mois avant qu’il prenne pour eux tout son sens en disparaissant physiquement. Feux est un hommage à cet atelier et les histoires vécues dans celui-ci, autant artistiques qu’amicales. Cette exposition composée essentiellement de peintures, leur permet de se retrouver tous ensemble une fois encore. Le thème du feu est bien évidemment abordé, mais, à travers lui c’est bien de la vie et des rencontres dont il est question. Les peintures se retrouvent dans l’espace Arondit côte à côte, en écho, ou encore, en regard.